الرئيسية / ثقافة / !Vaincre le terrorisme au Sahel: quelle belle chimère

!Vaincre le terrorisme au Sahel: quelle belle chimère

C’est une lapalissade que dire que le Sahel compte parmi les régions qui font face aux défis de l’insécurité liés au terrorisme. Ç’en est une autre que se demander : quoi de plus galvaudé, de plus incertain et plus controversé que le combat contre le terrorisme dans cette région ?

Souvent négligés, ou « tue », dans les politiques et relations de coopération, bilatérales et multilatérales, cette interrogation refait aujourd’hui surface au grand jour, avec tout ce que cela comporte de paradoxes et de nuances. Elle se manifeste à travers les mésententes, les malentendus et les rivalités et luttes d’influence, plus ou moins ouvertes, entre acteurs, nationaux, régionaux et internationaux, engagés dans la lutte antiterroriste au Sahel. Les développements récents des démarches géopolitiques, des visions stratégiques et des discours des uns et des autres font apparaitre des frictions qui risquent de peser lourd sur la perspective utopique, ô tant espérée ! de venir définitivement à bout du phénomène.

Une menace en mutation perpétuelle

Phénomène social complexe, le terrorisme se développe sans cesse. Son virus mute en épousant les formes que requiert le contexte. Le terrorisme ne disparait donc pas, mais change d’aspect suivant l’évolution du monde.

Un petit rappel historique nous apprend que depuis un siècle au moins, l’humanité a toujours vécu « avec », mais sous des teintes variables selon les périodes. Perçus durant le 20ème siècle sous l’angle des mouvements et idéologies « révolutionnaires », communisme, socialisme, mouvements de libérations anticolonialistes… les courants et organisations gauchistes que l’on qualifiait de « rouges » étaient taxés « d’extrémisme violent » et de « terrorisme » par les gouvernements occidentaux et leurs alliés.

Puis, vint le tour du « djihadisme » qui dominera durant les trois ou quatre dernières décennies. Il continue de sévir, se présentant sous l’habillage de la religion musulmane : un terrorisme « vert », cette couleur étant associée à l’islam.

Depuis quelques années, un terrorisme blanc se développe tranquillement, quasiment au vu et au su de tout le monde. Il se nourrit idéologiquement des discours que déploie l’extrême droite en Occident. Son berceau : les mouvements populistes, xénophobes, néonazis et suprématistes blancs. Ils ont un avantage comparatif certain : leurs stratèges et théoriciens savent très bien tirer profit de la légitimité en exploitant les ressources de la démocratie. Leur discours, largement relayé, trouve suffisamment d’échos pour faire d’eux des forces politiques qui pèsent sérieusement lors des élections. C’est ainsi que Donald Trump est arrivé à accéder à la magistrature suprême dans la première puissance au monde. Et il continue de compter beaucoup au sein du Parti républicain. Son implication dans l’occupation violente du Capitole, le 06 janvier dernier, n’entame en rien jusqu’à présent sa popularité.

C’est dire que la menace terroriste « blanche » a de beaux jours devant elle. Pour autant, les deux autres formes, rouge et verte, n’ont pas disparu. Bien au contraire, les trois menaces forment un cocktail de nuisances dangereux. Elles interagissent, et à contrario, leur antagonisme intrinsèque n’aura pour conséquence que les pousser davantage dans leurs fuites en avant, vers plus d’extrémisme et de violence.

S’y ajouteront certainement d’autres types d’acteurs de la criminalité organisée.

Avec ou sans idéologie politique, ceux-ci apparaissent déjà dangereusement à travers les groupes et bandes armés qui se livrent aux prises d’otages et enlèvements de masses, à la pirterie maritime… Outre les rançons, qu’ils exigent, ils terrorisent les populations. Ces groupes criminelles se répandent dans plusieurs régions du monde : en Haïti, au Nigéria, au Mexique, dans le golfe de Guinée… Leur complicité active est avérée avec le terrorisme à caractère politique, avec les narco trafiquants et la criminalité organisée de tout genre. Voilà qui ajoute une couche supplémentaire au caractère instable du terrorisme.

Changeant tout le temps d’aspect, et fortement imbriquée avec la criminalité organisée, la menace terroriste est permanente et restera présente pour toujours. Vouloir la vaincre définitivement est un vœu pieux. La combattre constitue une vision globale, un idéal, dont les objectifs et modalités d’application changent selon les contextes.

Comme un champ d’opérations antiterroriste mondialisé, dont les acteurs sont multiples et parfois trop hétérogènes, la région du Sahel, nous servira d’exemple. Nous y appliqueront nos doutes, nos interrogations et conclusions.

(à suivre).

El Boukhary Mohamed Mouemel

شاهد أيضاً

دق “ناقوس الخطر” تحول إلى خطر بالغ قد يتكرر مع “التشاور الوطني” المنتظر!

إضافة: محمد ولد الشيباني بدورنا سوف ندق ناقوس الخطر، ونبدأه بمفارقة: بخبر مريح ربطناه بأمور …

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *